Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Design : Comment ça marche?

1.Le Design industriel

En France, le public associe le design au stylisme et donc à l’habillage des produits et des services. Devenu un adjectif signifiant souvent « beau », à la mode et accolé aux noms de designers qui ont fait sa renommée comme Philippe Starck, le design souffre d’un déficit de reconnaissance d’une activité moteur dans l’entreprise et les organisations, en général.

Pourtant, réfléchi en termes de stratégie et de moyens clairs à mettre en place, le design tend à « satisfaire durablement le consommateur dans une logique de profit pour les entreprises » (définition extraite de « Le Design Management stratégique et opérationnel »)

Il n’existe pas de définition unique du terme design en France. Il vous est ici proposé la définition suivante « discipline qui vise à analyser et à représenter concrètement, une pensée, un concept ou une intention en tenant compte des contraintes fonctionnelles, structurelles, esthétiques, techniques et productives. A partir de la prise en compte de l’utilisateur et de l’entreprise productrice, le design a pour but de proposer des produits, services ou espaces qui génèrent un attrait pour le consommateur et donc un acte d’achat. ».

Le design possède plusieurs spécialités dont les plus développées sont :

Le design produit également nommé design industriel

Le Design : Comment ça marche?

Le design de packaging

Le Design : Comment ça marche?

Le design d’identité visuelle et de communication

Le Design : Comment ça marche?

Le Webdesign

Le Design : Comment ça marche?

Dans les entreprises qui sont majoritairement de petites PME avec une très faible structuration du design en interne, souvent limité à un designer, l’appel au design est toujours l’expression d’une volonté du dirigeant. Il s’agit souvent en effet d’une décision qui, la première fois surtout, va considérablement perturber le fonctionnement de l’entreprise, et qui, bien au-delà des seuls bureaux d’études, va obliger chacun à prendre en considération un autre regard et une autre perspective que ceux avec lesquels il avait jusqu’alors coutume de travailler et de s’entendre. Le recours au design constitue de fait la prise en compte globale d’un besoin qui trouvera une réponse adaptée grâce à l’interaction maîtrisée des diverses fonctions de l’entreprise : R&D, bureaux d’études, méthodes, marketing et commercial et un lien étroit avec l’image et l’identité de l’entreprise.

Sur les marchés matures et/ou plus industriels (ferroviaire, robotique, machines-outils, etc.) ces entreprises sont souvent venues au design pour répondre à une incitation ou à une demande de leurs clients, ou en réaction à la pression de leurs concurrents. A contrario sur les marchés consommateurs et les industries plus jeunes (plasturgie, décoration, industrie de la mode, sports, etc.) le besoin de différenciation s’impose à priori et fait naître un besoin clairement ressenti de design à l’entreprise ou à l’activité. De même lorsque l’entreprise souhaite gagner son indépendance commerciale et quitter un statut de sous-traitant, l’intégration du design apparaît immédiatement nécessaire.

On constate aussi dans un certain nombre de cas que c’est en réaction à une érosion des ventes ou à l’agressivité de concurrents puissants que l’entreprise fait appel au design pour contourner par exemple les effets de taille qui lui sont défavorables.

La volonté de se différencier passe, à travers le design, par un souci de se constituer une identité forte et communicable. Cette démarche de marketing stratégique amène parfois l’entreprise à analyser ses clients finaux pour mieux les connaître et bien répondre à leurs besoins et désirs. Le design joue alors un grand rôle dans la construction de cette image qui va intimement coller à la réalité de l’entreprise. On le constate dans certaines démarches d’éco conception (textiles techniques) où la recherche identitaire s’est doublée d’un ciblage clients (exemple, les alter-consommateurs) et d’un virage stratégique vers des produits à la fois séduisants pour leurs cibles et éco-conçus.

Plus généralement la démarche de recours au design semble s’inscrire dans une prise en compte accrue du consommateur.

La prise en compte des utilisateurs apparaît comme un facteur clé de la démarche design. La réalisation d’études de marché et l’appui des experts ingénieur ou marketing sont les techniques les plus employées pour prendre en compte la demande de ces utilisateurs. La consultation directe des utilisateurs, des représentants ou des partenaires commerciaux sont également prépondérants.

L’observation des utilisateurs, l’analyse des usages, l’implication de ces mêmes utilisateurs dans le développement des produits ou des services, sont parfois, voire souvent employées. Elles apparaissent, dans les études de cas, comme une méthodologie que les entreprises, de plus en plus, jugent pertinente et souhaitable et qui devrait être amenée à se développer.

Le Design : Comment ça marche?

2.Les atouts que peut offrir le design au plan industriel :

  • Il permet de valoriser ou revaloriser l’image de l’entreprise, de renforcer son identité et d’améliorer sa visibilité, ou encore de l’aider à se repositionner,
  • Il génère du lien social, contribue à humaniser les espaces, améliore le quotidien,
  • Il améliore la qualité et la durée de vie des produits,
  • Il offre du confort et de la sureté aux utilisateurs : amélioration de la maniabilité, augmentation de la fiabilité. Le design contribue à une utilisation plus intuitive et plus sereine du produit,
  • Il peut réduire les coûts de fabrication et permettre à l’entreprise de réaliser des économies d’échelle et des gains de productivité,
  • Il participe à la protection de l’environnement grâce à une logique de plus en plus présente d’éco-conception,
  • Il contribue au dynamisme d’une politique de recherche et d’innovation dans l’entreprise,
  • Il agit sur l’offre : proposition de nouvelles gammes de produits et de services qui répondent mieux aux besoins des clients et des utilisateurs,
  • Il est non seulement un facteur d’innovation technologique mais aussi d’innovation organisationnelle,
  • Il permet de valoriser certains savoir-faire traditionnels qui sont indispensables à la réalisation de certains projets,
  • Il permet de procéder à des recherches formelles, sensorielles et structurelles,
  • Il incite à reconsidérer le packaging et le conditionnement de produits déjà existants ou en devenir et exerce une influence déterminante sur le stockage et le transport.
  • Il permet à l’entreprise d’être réactive en répondant de manière adaptée aux besoins émis par les consommateurs.
Tag(s) : #design, #education, #art, #culture